Wi-Filles Autumn Camp : programme pour sensibiliser les filles aux secteurs du numérique

Maurine Bernard

Publié le January 4, 2021 - 2 min de lecture

Du 19 au 23 octobre 2020 se tenait le Wi-Filles Autumn Camp, événement organisé et encadré par la Fondation Agir Contre l’Exclusion (FACE) auquel 8 filles de 12 à 14 ans ont participé. C’est la deuxième année consécutive que Playmoweb prend part à ce programme pour parler de son activité.

Solène présente son métier
Solène présente son métier

Wi-Filles, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un programme qui a été créé pour les filles dans le but de les sensibiliser et les initier aux métiers de l’informatique et du numérique. Pourquoi un programme destiné uniquement aux filles ? Car on sait que ce secteur d’activité compte peu de femmes dans ses effectifs (27,4%, contre 46,8% tous secteurs confondus), alors qu’il fait partie de ceux qui recrutent le plus aujourd’hui et qu’il offre de grandes opportunités pour l’avenir.

Par ce programme, l’objectif est donc de dépasser les idées reçues et d’ouvrir la voie du numérique aux filles, dès le collège, afin qu’elles aient toutes les cartes en main pour décider de leur orientation future.

En effet, si on veut faire bouger les lignes, cela se passe dès le plus jeune âge. L’ambition de ce programme étant de s’assurer que les filles ne se mettent pas elles-mêmes de barrières dans le choix de leur orientation future, et leur offrir l’opportunité de mettre un pied dans cet univers qu’elles n’auraient pas choisi de prime abord.

Quelles sont les actions mises en place pour atteindre ces objectifs ? Cela passe par des rencontres avec les professionnels du numérique et de l’informatique dans leur région, mais aussi des visites et des ateliers concrets pour se familiariser avec cet univers, en apprendre davantage et pourquoi pas acquérir des compétences de base.

L’intervention de Playmoweb dans le Wi-Filles Autumn Camp

Pendant les vacances de la Toussaint, 8 filles volontaires de différents collèges du territoire angevin ont suivi un programme d’une semaine pendant lequel elles ont rencontré plusieurs acteurs du numérique, des entreprises auxquelles elles ont pu poser toutes leurs questions, mais aussi tester elles-mêmes des technologies.

Le groupe est venu à la rencontre de Playmoweb le vendredi pour échanger autour de notre métier et de nos réalisations.

Les filles ont pu coder leurs premières lignes
Les filles ont pu coder leurs premières lignes

Le déroulement de la journée Wi-Filles X Playmoweb :

Le groupe est arrivé en début d’après-midi.

Nous leur avons présenté les différents membres de l’équipe et leurs métiers respectifs, puis chaque développeur leur a montré le projet sur lequel il était en train de travailler. Elles ont pu observer et poser des questions.

Elles sont ensuite allées à la rencontre de nos voisines de l’Atelier ASAP, une agence de communication dont l’effectif est 100% féminin. Leur offrir l’opportunité d’échanger directement avec des femmes exerçant dans ce secteur nous semblait très intéressant pour les aider à se projeter, mais aussi pour se rendre compte de la diversité des métiers des secteurs de l’informatique et du numérique.

A la suite de cet échange, c’est Solène, UX/UI designer à Playmoweb qui leur a présenté son métier et son parcours, ce qui a beaucoup intéressé les filles.

Pour illustrer l’une de nos réalisations, Valentin et Scot ont accompagné le groupe dans le quartier de la gare pour tester la grande fresque Cours Saint-Laud en Réalité Augmentée avec l’application Vivre à Angers. C’était une façon amusante de voir concrètement quel peut être le résultat de notre travail.

Pour finir, retour dans les locaux de Playmoweb pour un peu de mise en pratique. Valentin a initié le groupe aux bases du développement informatique et elles ont ensuite pu coder leurs premières lignes avec l’application Swift Playground.

Toute l’équipe est ravie d’avoir participé à ce programme pour la seconde fois. Il nous semble très important de soutenir ce genre d’initiative, indispensable pour espérer faire évoluer les choses.

Ces moments d’échange sont toujours enrichissants et nous ne manquerons pas de renouveler l’expérience l’année prochaine.